NOUVELLE : MON PREMIER AMOUR, DU SOURIRE AUX LARMES, Épisode 6

Épisode 6 : Ma vie chamboule


Mike m’avait trompée, il m’avait menti, j’avais honte, j’étais chagrinée. Que vont dire mes parents, l’éducateur, les professeurs …
J'appelle Mike, je voulais avoir des explications, je voulais comprendre…
Pour se défendre, il me dit qu’il n’a partagé mes photos qu’avec deux de ses meilleurs amis. Ces photos qui étaient censées être notre petit secret, notre intimité, avaient été partagées par ce Mike. 
Je lui en voulais terriblement et mes sentiments se sont transformés en haine.

La honte, le désespoir m’habitaient, je voulais faire parler de moi dans ce lycée, mais pas de cette façon.
Je me détestais et je haïssais toutes les parties de mon corps.
Je ne pouvais plus supporter ces regards, ces moqueries, cette honte, la honte de mes parents, la trahison de Mike…

Ma mère était déçue, déboussolée. Elle essayait de me comprendre, d’essuyer mes larmes, mais je pouvais sentir la déception dans son regard. 
Ce regard qui sans avoir parlé te dit «comment as-tu pu te laisser aller de la sorte ?»
Je me sentais tellement bête, naïve. Cet amour m’avait empoisonné la vie. 
C’était dur, je n’osais plus retourner à l’école malgré les insistances de mes professeurs et de mes parents.

J’avais l’impression de toujours entendre ces voix, ces rires partout où je me trouvais.
Je n’en pouvais plus… la force, le courage m'avaient abandonné. 
Le soutien de ma famille , de Binta était presque inexistant à mes yeux. 

C’est décidé, je le fais!
Ce matin-là, ma mère me découvrit dans la chambre, allongée à même le sol, bavant, la boite à pharmacie presque vide. 

J’ai tenté de me suicider…

Fin...


NOUVELLE : MON PREMIER AMOUR, DU SOURIRE AUX LARMES, Épisode 5

Épisode 5 : Mon corps sur ton mur


Cette journée-là, dans le hall de l’école je sentis ces regards, j’entendais ces chuchotements, ces rires, ces moqueries, je n’y prêtais pas attention, j’essayais de me convaincre qu’il ne pouvait s’agir de moi. Mais je les entendais de plus en plus et à chaque pas que je faisais, je sentais cette gêne, ces regards qui ne me lâchaient pas. 
Je voulais savoir ce qui se tramait…
Subitement ma meilleure amie Binta surgit de nulle part, me prend sévèrement par la main et me dirige vers les toilettes.
Sans avoir parlé, toutes les émotions se lisaient sur son visage. Je voyais l’étonnement, la tristesse et ce sentiment de honte. Je ne savais pas ce qui se passait.
Elle m’explique…
Binta : «Jade, mais qu’as-tu fait ? »
Moi : «De quoi tu parles ? » 
Binta « des photos de toi font le tour du lycée, tu es la risée de tous»!

Je fais fie de ne rien comprendre, peut-être parce que je ne voulais rien comprendre, non je ne voulais pas l’accepter.
Elle continue…
Binta : «Le comble, une photo de toi nue est affichée sur tous les murs Facebook des amis du lycée...



Je me croyais dans un rêve, je ne bougeais plus, c’est comme si ses paroles revenaient en fond sonore dans ma tête et je n’avais aucune réaction...
Je finis par fondre en larmes en ressassant les paroles de Mike…
Moi : «Binta c’est Mike, je les avais envoyés à Mike. Il m’a promis que ça restera entre nous».
Binta : «Comment as-tu pu te laisser avoir de la sorte Jade ?»

Voyant ma peine, Binta n'avait plus de mots, elle me tenait dans ses bras, puis me raccompagna à la maison.
Elle était mon bouclier face à ces moqueries et ces injures...


Épisode 6 : Ma vie chamboule

NOUVELLE : MON PREMIER AMOUR, DU SOURIRE AUX LARMES» Épisode 4


Épisode 4 : Les demandes de Mike


Il fait sa première demande qui, pour moi, était tout à fait normale, normale pour un jeune couple du lycée comme nous, je voulais être branchée. Pas question qu’il m’abandonne.
Mike voulait un selfie de moi en sous-vêtement «juste la poitrine» il m’a dit.
Ma première impression, il m’adore au point de vouloir cette photo de moi. Je me dépêche, je cours dans la salle de bain prendre ce selfie de moi face au miroir.
J’ai essayé toutes les positions de vedettes de cinéma, cambrée, courbée, assise… Je pense que je n’étais pas loin de me faire une malformation discale, mais pour Mike j’étais prête, prête à tout pour lui.

Après avoir réalisé ce selfie, les demandes devenaient de plus en plus nombreuses et fréquentes, un peu poussées je l’avoue. Mais je devais le faire, car c’était pour Mike.
À chaque selfie envoyé, je recevais ce message:
Mike : « tu sais, c’est beau bébé, mais pourrais-tu descendre encore un peu? »

J’enfilais mes plus beaux sous-vêtements pour réaliser les meilleurs selfies dignes de ces films hollywoodiens.
Ce jour-là, il fait l’ultime demande.
Mike : «Jade tu me manques et je veux une photo de toi nue»

J’ai été un petit peu choquée. Je le rappelle à la minute, Mike me convainc et me promet que cela restera entre nous. Il me rappelle qu’aucune de mes photos n’a fait surface et qu’il les efface automatiquement après les avoir visionnées.
Mike : «tu sais mon amour, ça restera notre jardin secret.»

J’avais confiance en lui, mais j’avais peur que ces photos ne soient dévoilées un jour. 
Toutefois, je me laissais séduire par ses beaux petits mots et son sourire, je ne voulais pas le perdre. J’avais le garçon le plus cool du lycée même si j’avais encore des doutes…


Finalement, je me laisse emporter, je succombe, je cède à sa demande, je fais cette photo. 
Ce selfie timide de moi, qui montrait mon corps dénudé. 
J’avais le visage moins rayonnant, mais je l’ai fait. 

Je l’envoie, il n’y avait aucune issue je venais d’appuyer sur le bouton «envoyer», je ne pouvais plus retourner en arrière. Mais je consolais ma petite amertume en me persuadant que cette photo intensifiera notre amour...  

NOUVELLE : MON PREMIER AMOUR, DU SOURIRE AUX LARMES» Épisode 3


Épisode 3 : La relation

Ce lundi matin par pur hasard, Mike s’approche de moi. Je n’aurais jamais voulu que cette première approche se fasse de cette façon, mais elle a été si romantique...
J’ai trébuché dans les escaliers, les élèves dans le hall riaient, il s’approcha et m’aida à me relever.
Mike «tu es sure que cava? Tu ne t’es pas fait mal à la cheville?»

J’avais les yeux qui brillaient, je me préoccupais moins de ma cheville, j’étais focalisée sur son beau visage, ses yeux magnifiques, et son sourire qui risquait de me faire trébucher à nouveau.
Nous sommes devenus amis, j’en faisais des jalouses. Je pouvais enfin m’approcher du mec le plus branché sans faire partie des filles les plus branchées.
Il commençait à s’intéresser à ma petite personne. J’y croyais à peine, parmi toutes ces belles filles du lycée, pourquoi moi?
Mike : «Je t’admire pour ta simplicité, ton innocence et ton intelligence».
Venant de Mike le garçon le plus beau du lycée, j’étais la fille la plus heureuse. Il avait toujours les mots pour me faire sourire.




Nous étions ensemble, il était le premier et je rêvais qu’il soit le dernier. Je me projetais dans l’avenir et j’étais prête à tout pour Mike.
Les premiers flirts ont commencé par de simples petits messages romantiques puis des selfies.
Un jour Mike me demanda 
Mike: «Es-tu réellement prête à tout pour moi?»
Moi : «Quelle question Mike, évidemment que oui»...


Épisode 4: Les demandes de Mike 

NOUVELLE : MON PREMIER AMOUR, DU SOURIRE AUX LARMES» Épisode 2



Épisode 2 : Le nouveau venu



Cette année-là, il y avait une vague de nouveaux élèves. Certains passaient inaperçus, ils n’étaient ni populaires ni studieux, mais d’autres sans le vouloir faisait parler d’eux, on les remarquait à des milliers de kilomètres passant dans les corridors de l’école. Parmi ceux-là, il y avait ce nouvel élève sportif du nom de Mike. 

Pour moi il était le garçon le plus beau du lycée. Toutes les filles étaient à ses pieds, il faisait partie de l’équipe de soccer de l’école et c’était le meilleur, son surnom «Drogba».
Nous aimerions toutes faire partie de ses amis, de ces personnes qui pouvaient le côtoyer.



Il avait tout pour plaire, il était le don Juan avec un style assez particulier. 
Il avait cette personnalité versatile, parfois subtile, il était le genre de garçon qu’on cernait difficilement et il avait ce physique de rêve, 1m85 légèrement musclé 80 kg et ce beau visage comme celui d’un enfant de 4 ans avec des joues magnifiquement et naturellement perforées par deux belles fossettes.

Nous étions toutes intéressées par Mike et chacune de nous espérait recevoir de lui ce regard particulier, cet intérêt personnel.
Mais moi, je n’avais aucune chance. Je ne faisais pas partie de ces filles «branchées» du lycée.


Épisode 3 : la relation  

NOUVELLE: MON PREMIER AMOUR, DU SOURIRE AUX LARMES - Épisode 1


Épisode 1 : Vie du lycée



Je suis Jade élève au secondaire, je fais partie de ces jeunes adolescents qui ont cru que «l’amour rime avec dénudé». Voici mon histoire…

Je suis cette jeune adolescente timide et moins audacieuse vivant dans une famille modeste qui m’accorde tout l’amour du monde. Du haut de mes 1m55 et de mes 45 kg, j’étais cette personne travailleuse adorée et admirée par les professeurs et l’exemple inspirant pour une jeunesse consciencieuse et studieuse.
Ce corps frêle où se cachait cette personnalité réservée passait toujours inaperçu dans ce lycée fréquenté par ces adolescents que je qualifierai de populaires, et que j’enviais pour leur style et leur manière d’être.

Je restais parfois invisible aux yeux de tous ces élèves qui pour moi, avaient de la classe et de la distinction. Je voulais leur ressembler, je voulais m’extraire du groupe de personnes qui faisaient partie de la catégorie surnommée «intello», cette catégorie qui faisait parfois sujet de moquerie.

Mais j’ai une amie dans ce lycée, la meilleure, celle avec qui je partageais fou-rire et tristesse. Celle qui m’épaulait toujours et qui m’aimait pour ce que j’étais, son nom Binta, belle et adorable. 
Nous étions toutes les deux classées dans cette catégorie de jeunes filles studieuses et moins branchées, qui accordaient une grande importance aux bonnes mœurs et à la discipline.


Épisode 2: Le nouveau venu

CHRONIQUE D'UNE VIE ÉPICÉE-Chapitre 4


CHAPITRE 4 : Les retrouvailles (partie 2)


Steve en me tenant la portière de la voiture,
Steve : ok on y va alors! Qu’est-ce que tu deviens? Raconte-moi tout, je veux tout savoir 
Moi : Toujours la même, comme tous les matins je me rends au travail. Je suis dans une firme de la place j’y travaille comme coordinatrice au service communication. 
Steve: Ah c’est génial ça. 
Moi : Et toi? 
Steve : je suis analyste financier dans une banque. 
Moi : Bravo, je n’ai plus de soucis à me faire pour mes problèmes financiers alors 
Steve : (rire) oui tu pourras compter sur moi, mes services seront gratuits pour toi
On discute tout le long du trajet…
Arrivés à mon lieu de travail…
Moi : C’est ici, merci beaucoup c’est gentil! 
Steve : Oh non, c’est moi qui te remercie, tu es sympa, merci pour ce beau moment. Le monde est petit, je ne pensais pas te revoir, je ne m’y attendais pas, pas aujourd’hui. Je suis content. 
Moi : merci, le plaisir est partagé. 
Subitement j'ai un brin de mémoire...
Moi: Ah oui, tu sais quoi? 
Steve : Quoi ma belle 
Moi : Je me rappelle de toi, précisément de cette fin de journée du vendredi après mes cours lorsque tu es resté à m’attendre devant mon lycée, tu m’as suivi pour m’inviter à prendre une glace…  je vois (rire)
Steve tu n’es plus ce jeune garçon à peine sorti de l’adolescence.(rire) méchante, tu te rappelles des pires moments toi. J’ai attendu sous ce soleil pour me faire larguer.
Moi : (rire) de beaux moments
Steve : Beau pour toi oui. J’espère que tu ne me fuiras plus?…

Je voyais à travers cette question ses yeux qui brillaient et son beau sourire qui n’attendaient que ma réponse. Mais je fis semblant d’ignorer cette conversation, je veux laisser planer le doute…
Moi : Bon je suis en retard, merci encore, c’était sympa de te revoir
On échange nos contacts…
Moi : Alors on se fait un câlin?
Steve : hum, ça commence bien, oui avec plaisir
On finit par se laisser, il me dévore du regard jusqu’à ce qu’il sorte du parking…

CHRONIQUE D'UNE VIE ÉPICÉE-Chapitre 3

Chapitre 3 : Les retrouvailles (partie 1)



Je venais de rencontrer ce beau jeune homme dont le visage m’était familier, mais je n’avais aucune idée de l’endroit où je l’avais vu auparavant...
Homme : Oui bien sûr le destin Chris. Depuis plus de 5 ans aucune nouvelle de toi. Je suis heureux, tu ne peux l’imaginer. Tu ne vois pas encore? On se connait depuis Abidjan, qui aurait cru qu’on se reverrait ici? 
Moi : Tu es vraiment physionomiste, moi je ne me rappelle pas de toi. 
Homme : Ça ne m’étonne pas, tu n’as jamais eu le temps pour moi.
Mais franchement où avais-je la tête pour ne pas avoir du temps pour ce bel homme…
Moi : Ahh bon, il devait bien avoir une raison 
Homme : je ne sais pas, j’ai toujours voulu être plus proche de toi, mais tu ne me laissais aucune chance. Un rendez-vous, une visite, rien, tu déclinais tout, tu me fuyais presque. Tu étais en classe d’examen, en terminal si j’ai bonne mémoire. Faut dire qu’à cette époque tu n’avais pas la tête à tout ça!
Oui je me reconnaissais, j’ai toujours aimé les études et je ne voulais aucunement me laisser distraire, surtout pas par les hommes
Moi : (Sourire)…bon c’est peut-être ça...
J’essayais d’être moins bavarde et très évasive sur mes réponses.
Finalement je me rappelle qu’il ne m’avait pas donné son prénom...
Moi : mais je ne connais pas ton prénom 
Homme : (Sourire) je le savais
Moi : Si je ne me rappelle pas de toi, il est évident que je ne pourrai me rappeler de ton nom.  
(rire...) 
Homme : tu n’as pas changé, toujours aussi franche avec cette note d’humour. C’est ce que j’ai toujours aimé chez toi
Hum je lui plais toujours c’est bon signe ça…
Homme : c’est Steve mon prénom 
Moi : en plus, un si joli prénom comment ai-je pu l’oublier?
Steve : (Sourire) ça prouve ton indifférence à mon égard
Moi : non ne dis pas cela. On était encore très jeunes à cette époque, et tu sais nos mères nous disaient quand un homme t’approche fuit, ne cherche pas à savoir la raison, fuit…
Steve : (rire) Chris tu es terrible.
Je réussissais à lui arracher à chaque fois ce beau sourire qui m’avait tétanisé devant cet arrêt de bus, au point d’oublier que je devais me rendre au travail…
Finalement j’aperçois le bus.
Steve : Chris je pense que c’est le bus que tu attendais 
Moi : En murmurant « si je le vois bien…» non Steve ne t’inquiète pas, je prendrai le prochain, on rattrapera pendant quelques minutes ces années passées.
Steve : tu as raison, mais je souhaiterai te conduire à ton lieu de travail, si cela ne te pose aucun  problème
 Moi : Ben non, ça sera avec plaisir…